L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada

L’IPFPC et d’autres syndicats défendent la négociation collective devant les tribunaux

Notre action en justice contre le projet de loi 124 du gouvernement Ford a officiellement commencé; il y avait une audience judiciaire le 12 septembre 2022.

Le projet de loi 124 est une attaque directe contre les droits des travailleuses et travailleurs en Ontario. Il permet au gouvernement provincial d’imposer des plafonds salariaux humiliants de 1 % par an aux travailleuses et travailleurs du secteur public, ce qui constitue un manque flagrant de respect pour le travail qu’ils font chaque jour pour faire fonctionner cette province. 

Au cours des trois dernières années, alors que les travailleuses et travailleurs des secteurs de la santé et de l’éducation s’épuisaient sur les lignes de front de la pandémie de COVID-19, le projet de loi 124 a gelé leurs salaires et entravé leurs droits à la négociation collective, même s’ils sont protégés par la Charte. Aujourd’hui, alors que l’inflation monte en flèche, les travailleuses et travailleurs subissent essentiellement une baisse de salaire massive.

Les audiences étant enfin en cours, nous voulons maximiser la pression sur le gouvernement pour qu’il abroge le projet de loi 124 en inondant ses boîtes de réception de messages de travailleuses et travailleurs de toute la province.

Nos amis de la Fédération du travail de l’Ontario (FTO) ont créé un outil simple que vous pouvez utiliser pour envoyer votre message. Si vous croyez aux négociations collectives équitables, à un travail décent et à des services publics de qualité, pouvez-vous prendre un moment pour envoyer un message dès maintenant?

ENVOYEZ VOTRE MESSAGE

En 2019, la FTO et une coalition de syndicats, dont l’IPFPC, ont intenté des poursuites contre le projet de loi 124 du gouvernement Ford, car aucun gouvernement ne devrait pouvoir adopter une loi qui restreint les droits des travailleuses et travailleurs à une négociation collective libre et équitable. 

Advenant son adoption, ce projet de loi créerait un dangereux précédent pour nous tous.

Le plafonnement des salaires à 1 % cible des secteurs dominés par les femmes, notamment les soins de santé et l’éducation, tout en en excluant d’autres, comme la police.

Il touche de façon disproportionnée les femmes racialisées qui comptent parmi les personnes les moins bien payées et dont l’emploi est le plus précaire; c’est un des principaux facteurs de la crise de dotation en personnel qui s’aggrave et qui menace de paralyser le système de soins de santé de l’Ontario.

Tant de choses sont en jeu, mais ensemble, nous pouvons gagner ce combat. 

Envoyez un message dès maintenant!