L’Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Le gouvernement fédéral doit payer des intérêts sur les payes en retard

Diffusion immédiate

Ottawa, le 6 juillet 2016 – L’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) demande au gouvernement fédéral de payer des intérêts sur les payes en retard ou celles qui n’ont pas été versées en entier en raison des problèmes causés par le système de paye Phénix.

« Nous avons des membres qui ont dû puiser dans leurs économies ou utiliser leurs cartes ou marges de crédit pour boucler leur fin de mois, explique la présidente de l’IPFPC, Debi Daviau. Je suis d’accord avec Scott Brison : cette situation est tout à fait inacceptable ».

L’Institut recommande que le gouvernement absorbe les frais d’intérêt encourus par ses employés professionnels à cause des problèmes de paye.

Il demande aussi que le gouvernement contacte immédiatement toutes les grandes institutions bancaires du Canada et les services d’utilité publique et les exhorte à faire preuve de souplesse à l’endroit des travailleurs aux prises avec des problèmes de liquidités causées par Phénix.

« Nos membres ne devraient pas être pénalisés pour des paiements manqués ou une insuffisance de fonds causés par des circonstances qui échappent complètement à leur contrôle, déclare Mme Daviau. Les vaillants professionnels de la fonction publique ne devraient pas écoper pour l’échec du nouveau système de paye ».

L’Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente quelque 55 000 scientifiques et autres professionnels du secteur public du Canada, qui s’attendent tous à être payés à temps et méritent de l’être.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter (@pipsc_ipfpc)

- 30 -

Renseignements : Pierre Villon 613-228-6310, poste 4928, ou 613-794-9369 (cell.) pvillon@pipsc.ca